Improvisation entre amis

Voici un extrait de discussion que j’ai eu avec un ami artiste sur msn. Je trouve ce passage magnifique. 

Je chéri mon mal d’être en manque de toi je vénère mon bien d’être avec toi je meurs à force de combattre notre interdit commun je vis, en sachant qu’on ne sait de quoi est fait demain.

Le hasard heureux du destin malveillant jouant des corps répondant aux appels furieux d’un élan condescendant de grâce fébrile châtoyante de sensuelles altercations officieuses.

Publié dans : souffle | le 26 janvier, 2007 |3 Commentaires »

A méditer

Noémie, une fille de ma classe, à sortie cette phrase en cours:

« Choisir, c’est abandonner »

Qu’en pensez-vous?

Publié dans : On in | le 26 janvier, 2007 |5 Commentaires »

Verbes noirs

Perdue dans la lumière révélatrice

Abandonnée, déchue, destructrice

Masquée l’invisibilité légendaire

Écraser la perpétuité éphémère

Enfermer les sombres ardeurs

Exiler les gaietés de noirceurs

Encaver les désirs destructeurs

Immoler l’émotion infinie

Déserter le terrain de la vie

Enterrer les ferveurs d’autrefois

Exempter, détruire le poids

Pendre la servitude rageuse

Guillotiner, abattre la joie danseuse

Étrangler la haine excavatrice

Déchoir la ronde du vice

encadre.jpg

Publié dans : souffle | le 26 janvier, 2007 |4 Commentaires »

Se taire

Aimer comme personne ne le fera jamais

Fichu hypocrisie, ses airs de macho men

La pression sans cesse sur les épaules

Jamais un mot plus haut que l’autre

Isoler des relations sociales éphèmères

Et même les durables tout ça pour lui plaire

Asservie parce qu’ inacomplie

Participant à ses rêves assouvies

Laissant de coté les espérances secètes

Afin de réaliser au mieu les sienne

Solitaire de jour comme de nuit

La condamnation à l’exil

Vivre L’amour comme l’enfer

Et devoir toujours se taire

Attendre le bon moment pour vivre

Une histoire déjà terminée

Publié dans : souffle | le 24 janvier, 2007 |3 Commentaires »

Double existance

Une existence lascive le jour

Calme, posément dans le moule

Comme il faut pour le politiquement correct

Vouloir s’échapper d’une secte

Commune à chaque vie

La société nous l’afflige

Paraître, toujours paraître

Car juger par la méchanceté de ces êtres

les démons communautaires assoiffés

Des erreurscondamnées par le passé

Un ange m’a rencontré

Près de moi il s’est posé

M’a rassuré pour que j’aille de l’avant

Une confiance absolue face à ces mécréants

Je le retrouve chaque nuit

Il me permet, je me blotti

Sous sons aile et je suis enfin vraie

Entière, une femme vivant sa féminité

Comme elle en a toujours rêvé

Une illusion qui me fait perdre pied

Mais que je chéri sans aucune satiété

04080114045935.jpg

Publié dans : souffle | le 21 janvier, 2007 |1 Commentaire »

Qu’est ce que j’aimerais savoir dessiner

numriser0001.jpg

Publié dans : galerie | le 20 janvier, 2007 |5 Commentaires »

Tourments

Enfermée. Rage d’un fauve en cage

Le regard égaré vers de lointains paysages

Tournent en rond

Les rondes des tourments convulsifs

Fuite vers l’amont

Des bas fonds corrosifs

Sortir. Le seul but de cette vie

S’enfuir de cette condamnation abusive

Embrasser le criminel de mon emprisonnement

Là est mon seul détournement

Pour un vol que je n’ai pas commis

Devoir en payer si fort le prix

C’est pousser loin le vice

N’importe quoi même un sacrifice

Mais laissez moi maître

De mes sens et prières de naître

Enfin à la connaissance de l’iréel

Je ne veux pas des habituels

Naufrages ridicules de faux semblants

Juste pouvoir oublier les tourments

sdfv05.jpg

Publié dans : souffle | le 20 janvier, 2007 |2 Commentaires »

Citation

« Celui qui ne reconnait pas son talent fait la vie facile aux médiocres » (j’ai oublié son nom. Je vous le retrouve pour demain)

Bon voilà, vous avez compris. Soyez un peu généreux pour nous autres médiocres qui voulons avoir du talent.

Publié dans : Non classé | le 19 janvier, 2007 |5 Commentaires »

La quatrième dimension

L’autre nuit, j’ai fait un voyage dans la quatrième dimension.

Un mélange de volupté et de plaisir charnel

Se dégageait d’un tourbillon d’émotion.

Je croyais me sentir pousser des ailes

Qui m’envoyaient au septième ciel.

Les caresses sensorielles divines

Explosion d’un désir ultime

De deux corps transgressant l’interdit

Se cherchant dans la pénombre,

Entrant en danse avec les ombres.

Les baisers du danger obstinés

Ont rencontré les lèvres sucrées

D’un amant qui ne doit pas l’être.

La dévastation des sentiments

La volonté s’enfuit dans les mouvements

D’un instant voué à disparaître.

Frustration d’une passion éphémère

Rêvée, irréalisable, à enfouir sous terre.

200401171827252.jpg

Publié dans : mes nuits | le 16 janvier, 2007 |5 Commentaires »

On/Off, la représentation de villévrard

En direct de Sick Incorporation, D. et Kate, les esclaves attitrés au supplice de la baignoire, vous dévoile tout les secret de la représentation On/Off de Villevrard.

On/Off, la représentation de villévrard dans danse onofffy3

« A travers cette pièce, Philippe Ménard propose l’aventure d’un trio soumis à certains processus de création. Un dispositif scénique apparemment simple invente un jeu spatial dans lequel le rapport à l’espace et la relation à l’autre compose des pistes d’investigation. Ce plan, visible par l’usage de scotch au sol, préfigure des couloirs de circulation, des pièces d’attente ou des marges balisées. A l’intérieur de ce faux labyrinthe, une clé est donnée aux danseurs comme contrainte ou liberté. Elle est définie par un principe : l’autonomie. »

Impression de D. : Tout d’abord bonjour à mes fans qui sont nombreux je le sais. Après avoir découvert ce spectacle très particulier, j’en suis ressorti très impressionné. Les premières minutes de la pièce m’ont littéralement scotché (sans jeu de mot (rire)). J’ai été fortement touché par l’ambiance due à la musique, ainsi que par la chorégraphie qui semble se fondre l’un dans l’autre. Je vous invite à aller découvrir ce spectacle sans aucune retenue.

Impression de Kate : Je trouve que l’autonomie des danseurs due au fait qu’ils doivent s’occuper eux-même des lumières et du son, rend plus intègre le thème de cette pièce. L’harmonie qui en découle nous entraine dans différents espaces (signifiés par des scotchs au sol), différentes émotions qui nous sautent à la gorge. Sincèrement faites le déplacement, ça vaut le coup !

Impression de Sick (notre chef tout puissant) (voir Reign of Sick) : (voix d’ours) L’horreur absolue qui transgresse avec la beauté des corps transpirants de souffrance après l’effort pénible, la suffocation dans un espace clos et la performance physique insoutenable m’a tellement plu que je pense obliger mes esclaves à réaliser ce genre d’activités très régulièrement.

Prochaines dates 3 & 4 Mai 2007 – Le Gymnase | danse à Lille | CDC Roubaix

11, 12, 14, 15 & 16 Mai 2007 – Représentation Festival les Jalouses à l’Etoile du Nord Paris

d.kate2161.jpgEsclaves Kate et D.

Publié dans : danse, sortie | le 13 janvier, 2007 |1 Commentaire »
1...345678

.__-@-=^^/^^LEZARD.MECANIQU... |
io |
Lettre ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Création Graphique
| JuLy"P
| One Tree Hill & The OC