Un peu de culture

Je vous conseil de lire « le livre noir des serial killers » Je l’étudie en cours de caméra et notamment, l’histoire du « vampire de düsseldorf ». Voici une phrase prononcé pour un témoin le premier jour au tribunal, face aux avocats dans leur robes noires « …propre à mieux nous préparer à subir le moite univers de cauchemar qui allait nous baigner jour après jour… » Je trouve que c’est un bon résumer de cette histoire.

Dans le film « métal : voyage au coeur de la bête »… « Le noir est un symbole de liberté dans l’obscurité, là, où personne ne peut vous voir. »

Une pensée de Tchekov: « La recherche du bonheur est la seule vraie révolution de l’être humain » (si quelqu’un connait la sitation exact, merci de me la faire parvenir)

Publié dans : souffle | le 13 décembre, 2006 |2 Commentaires »

Remise de prix

Lundi soir, j’ai eu la chance d’être invitée à la remise de prix du producteur français de télévision. Ca se passait dans une boite du 8ème arrondissement. Il y avait un monde fou. Et bien entendu, c’était du beau monde. 9a se passait comme à la télévision mais en moins commerciale quand même. Ce n’était pas présenté comme un spectacle. C’était une organisation de la Procirep et décerné par un jury présidé par Jacques Malaterre.

Donc, me voilà à l’entrée de la boite avec mon invitation. Les portes s’ouvrent, j’entre, et ce qui me frappe, c’est que les personnes engagées pour s’occuper des invités pendant la soirée (serveurs, videurs, etc…) ont le sourire aux lèvres, la tchate facile et le sens de l’humour. C’est la première fois que je voie ça dans un lieu pareil. Ensuite, direction le vestiaire, là encore des personnes souriantes puis en me retournant, je me voie proposer une flûte de champagne. Pourquoi pas? en tout cas, il était vraiment délicieux.

Alors, ceux qui ont emporté un prix sont KUIV PRODUCTION (Chirac France 2), prix du producteur français de télévision, TEMPS NOIR (les ombres du bagne), prix du jeune producteur de télévision. Une produstion tournée vers le documentaire et la fiction. ( ma préféré de toute la soirée. Bien jouer temps noir). Ensuite, le prix des programmes audiovisuels français les mieux vendus à travers le monde est revenu à Monscoop, distribué par Taffy Entertainement, catégorie animation (code lyoko), ZED (devenir un homme) catégorie documentaire, et enfin, Marathon International (dolmen), dans la catégorie fiction.

Je dirais que cette remise de prix m’a fait découvrir de nouvelles production vraiment méritante (temps noir, j’ai déjà mes préférences) et le point noir, c’est que pendant tout ce temps, beaucoup d’invités ont parlé. Pardonnez moi mais la moindre des politesse est de faire semblant d’écouter.

Après ça, l’apéritif. Deuxième et dernière flûte de champagne. Il ne faut pas abuser des bonnes choses. Le repas : riz blanc, gambasses avec sa sauce et ses petits légumes, et du beuf avec sa sauce et ses petits légumes. J’ai trouvé ça très bon. (à savoir: je ne mange que des plats tout préparés depuis 4 mois faute de cuisinère). Discution avec des personnes célèbres, que je n’ai pas forcément reconnues (je ne suis pas physionomiste) mais que ma mère reconnaissait elle « C’est bien avec…BIP…. que tu viens de parler. Oh je l’adore, il est trop beau…) c’était redevenue une adolescente. Je lui avais dit de prendre un appareil photo mais elle ne voulait pas soit disant que ça faisait trop groupie.

Puis pour moi, ce fût la fin de la soirée. Et oui. Etudes obligent. Mais la prochaine fois je prévoirais de rester jusqu’au bout de la nuit.

Publié dans : sortie | le 13 décembre, 2006 |Pas de Commentaires »

Appartenance

gothique1149900697t.jpg Je ne suis qu’une personne aux envies bridées, par une société qui interdit tout égarement de conduite. Je transmet mon identification sans appartenance à aucune tribut ni goût. Je souhaite rester banale, ordinaire aux yeux de tous, mais différente à certains regards expérimentés, qui eux me reconnaîtrai comme étant des leurs. Un individu exceptionnel, parmi d’autres individus exceptionnels. Je fais partie du mouvement de notre génération qui souhaite travailler à un monde de tolérance et de différences complémentaires, où le respect de l’être humain, de ses croyances et des lois est une évidence. Bien que voulant me fondre dans un moule pour que mon apparence n’attire pas les regards, j’aspire à être reconnue des membres poêtiques de la souffrance d’une vie pleine d’amertune.Faire partie de ceux qui savent réellement offrir un sourire au moment opportunt, qui savent écouter le monde. A qui le regard mélancolique se tourne vers le passé pour qu’au présent un meilleur avenir se prépare. Ceux qui dit-on sont fascinés par la mort mais avant tout, adorateur de la vie. J’admire leur pensée simple, spectatrice du temps qui passent. Ils sont les troubadours des temps modernes, apportant à nos oreilles les justes mots des faits que nous ne pouvons empêcher. J’aime leur idée de l’esthétisme romantique. Toutes ces dentelles, ce satin, ce velour font d’eux des êtres beaux et sensuels. J’apprécie aussi leur coté punk avec le cuire, le skaï et les clous. Mais comme tout être j’ai fait un choix, et le mien se tourne vers la douceur. Je souhaiterai me vêtir du linceul ombragé et délicat, si fragile qu’il faut le manipuler sans rudesse. Un jour, je le ferai, quand je me sentirai appartenant toute entière à ce mouvement, à la hauteur d’une telle beauté d’expression. Mais pour l’instant, je m’abstient pour ne pas ternir ce monde qu’est celui des gothiques.

Publié dans : souffle | le 10 décembre, 2006 |4 Commentaires »

Une goutte de pluie

Depuis ce matin la pluie ne cesse de tomber. J’écoute son doux chant avec attention. La moindre note est le souffle d’un ange y mélangeant sa voix. Je la regarde danser au gré du vent, imprévisible, d’une grâce limpide et tellement précise.

Je n’y tiens plus, je tend la main par la fenêtre, je veux moi aussi faire partie de ces gouttes, mais elles semblent m’éviter. Je m’adresse à l’une d’entre elle et lui prie de bien vouloir caresses ma peau dans sa chorégraphie et m’emporter avec elle. Elle accepte de se poser sur ma main, et, plutôt que de m’entrainer dans sa danse elle me dit : « Exposes moi à la lumière, je te montrerai d’où je viens. » Je lui obéie.

Je l’amène jusqu’à ma lampe de chevet, l’allume, et approche la goutte de pluie. Je m’approche et aperçois à l’intérieur de cette goutte, un monde qui évolue et grandi sous mes yeux, tellement proche et à la fois éloigné de celui que nous côtoyons chaque jour.

Ce monde apparaît sous la forme d’un arc en ciel. Il s’est projeté en travers de ma chambre. Pendant que j’admirais ce magnifique phénomène, la goutte de pluie avait repris sa forme originelle. Elle ressemblait à une elfe mais n’en était pas une, elle n’était plus de l’eau et je pouvais voir les vibration du son, jouer avec son corps. Elle me tendit la main, et me parlais pour me rassurer. Je m’aperçue que ses lèvres ne remuaient pas mais que mes oreilles parvenaient à capter un son qui ressemblait au chant des grands mammifères. Je sentie la tête me tourner, puis ma vue s’est troublée.

Quand j’allais mieux, j’étais sur l’arc en ciel. La goutte de pluie me tenant dans ses bras et s’assurant que mon malaise était bien terminé. Après l’avoir rassurée, je contemplais ce monde fantastique. Ses couleurs sont indescriptibles, se sont les plus belles qui existes dans tout l’univers. Elles sont tellement fraîches, tellement vivantes… Je voie des plantes, je vais vers elles, puis je m’arrête, surprise de les entendre teinter comme des grelots sur un air appelant à la félicité, un oiseau minuscule se pose sur mon épaule au même moment, captant toute mon attention. Je l’observe m’observant, puis il sort d’un petit sac cachée sous son aile un petit ruban couleur de terre fertile. Il me dit que c’est pour ne pas oublier mes racines puis s’envole.

Je reviens vers la goutte de pluie et je lui demande « Montres m’en encore s’il te plait. » D’un mouvement de ses bras gracieux, elle fait apparaître un ruisseau dans lequel se trouve un poisson en cape étoilée. Emerveillée par cette cape, le poisson l’ote et me la tend de sa nageoire. Je m’apprète à la refuser quand il me prodigua un conseil « Avec cette cape étoilé, tu sauras toujours retrouver ton chemin » je l’en remercie, puis il s’éloigne et le ruisseau le suit. Mécaniquement, je mets la cape sur mes épaules et je m’attache les cheveux avec le ruban.

Quand, un éléphant apparait. Il me tend de sa trompe une broche de vent aux milles sentiments. « Vie chaque émotion comme si c’était la dernière. » puis rebrousse chemin en se transformant en lutin. Je me retourne vers la goutte de pluie. Mais quelques chose ne va pas. Elle est en train de disparaitre. Plus une vibration ne me parvient. Les larmes me montent aux yeux en voyant mon amie s’éloigner de moi. Elle trouve le courage de me dire de suivre le vent de la broche. Je suis son conseil. Je me retrouve dans le ciel où je voie briller deux lunes aux cheveux d’argent. Mais comment rentrer chez moi? Je défait la cape et y voie un tracer. Je le suis avec la plus grande exactitude. Le voyage semble durer des siècles et je sens que j’oublie qui je suis. Je défait le ruban et le fixe du regard. Je me sens chuter. Ce malaise que j’avais en venant me gagne à nouveau.

Je suis dans la rue, sous la pluie, en larmes. Je reconnais dans l’une, la petite goutte de pluie. Elle me remercie de lui avoir redonnée la vie. Je rentre chez, je retourne dans ma chambre et y trouve un fil d’arc en ciel. Je le conserve pour me rappeler à quel point ma vie est riche et belle d’instant magique comme celui ci.

sphere1.jpg

Publié dans : souffle | le 10 décembre, 2006 |2 Commentaires »

Cours

numriser0001.jpg Pour les amateurs de danse, je vous présente la compagnie Philippe Ménard. C’est mon prof de danse dans mon école de théâtre et je peux vous certifier qu’il a un univers à transmettre qui est très enrichissant. Le 15 décembre à 17h, nous présentons « jets » qui est une « présentations des ateliers de danse avec les patients de l’hopital et personnes extérieurs. Ca se situe à Villevrard (neuilly plaisance 93) dans les anciennes cuisines. (si vous voulez venir). Bien entendu il ne faut pas s’attendre à quelques choses de grandiose. Sinon, pour ceux que la danse interprêter par des professionnels intéresse, scrutez bien les programmes et cherchez On/Off. Je vais voir la répétition général jeudi et je vous en parlerai.

Publié dans : danse, théâtre | le 8 décembre, 2006 |Pas de Commentaires »
1...45678

.__-@-=^^/^^LEZARD.MECANIQU... |
io |
Lettre ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Création Graphique
| JuLy"P
| One Tree Hill & The OC